Postulat Jean-Luc Addor : Obligation de porter le masque : et les effets secondaires ?

Développement:

Depuis le début de la crise du COVID-19, le port du masque a été imposé de diverses manières et dans diverses circonstances par les autorités tant fédérales que cantonales. Cette mesure a été justifiée par des motifs de santé publique.

On n’oubliera pas, pourtant, qu’au début de cette crise, l’OFSP lui-même avait déclaré le port du masque inutile à cet effet avant que sa position – et avec elle la politique des autorités – ne change… lorsque la pénurie de masques a pris fin.

Surtout, l’expérience, mais aussi de multiples travaux scientifiques et même des documents émanant de l’OMS montrent que le port du masque comporte nombre d’effets secondaires parfois graves : instauration d’une barrière sociale, d’une perte d’identité même par une grave entrave à l’expression non verbale des sentiments et des émotions et même à l’expression verbale (sons étouffés), stress, voire angoisse liée à une sensation d’étouffement provoquée par l’altération des fonctions pulmonaires, transpiration, maux de tête, augmentation de la fréquence cardiaque, palpitations, développement de lésions ou de maladies cutanées, difficultés de concentration. Elle est problématique pour les asthmatiques, sans parler des sourds et des malentendants ou encore des nourrissons et autres enfants en bas âges qui, à la maternité ou dans les crèches, n’ont des personnes qui s’occupent d’eux qu’une vision… masquée.

L’obligation du port du masque est en outre susceptible d’engager la responsabilité des autorités qui l’imposent si un lien de causalité adéquat peut être établi entre cette obligation et le développement de symptômes, voire de syndromes physiques ou psychiques.

Il y a lieu, dès lors, de procéder à un bilan des effets secondaires liés au port obligatoire du masque et de confronter les résultats de leur étude aux mesures en vigueur au moment de l’élaboration du rapport requis en vue d’en tirer les conséquences qui s’imposent, notamment sous l’angle du principe de la proportionnalité.

1 Cosignataire

Nidegger Yves

D’autres informations sont disponibles sur le site du parlement à cette adresse :