Modification du 27 septembre 2019 de la loi fédérale sur les allocations pour perte de gain en cas de service et de maternité (Loi sur les allocations pour perte de gain, LAPG) :

La modification de la loi sur les allocations pour perte de gain est un contre-projet indirect à l’initiative populaire « Pour un congé de paternité raisonnable – en faveur de toute la famille », celle-ci demandait un congé de 4 semaines pour tous les pères qui travaillent. Ce que le Conseil Fédéral et le Parlement ont refusé et nous ont concocté un contre-projet qui prévoit un congé paternité de 2 semaines.

Actuellement, à la naissance d’un enfant, les mères qui travaillent ont droit à un congé payé de 14 semaines, tandis que les pères bénéficient d’un ou deux jours.

Le contre-projet soumis à votation prévoit d’introduire un congé de paternité de deux semaines à prendre dans les six mois suivant la naissance de l’enfant. Comme pour le congé de maternité, l’allocation pour perte de gain correspondra à 80 % du revenu (au maximum 196 francs par jour), à condition que le père ait travaillé au moins cinq mois pendant les neuf mois précédant la naissance. Les indépendants en profiteront également.

Un comité référendaire s’oppose au contre-projet indirect du Conseil fédéral et du Parlement parce que ce seront 250 millions que l’on ajoutera à la longue liste des impôts et charges sociales pour des personnes qui décident d’être parents. (La qualité de bonne mère ou bon père ne dépend pas d’un nombre élevé de jour de congé, mais de bien d’autres critères).

Ce sont les petites et moyennes entreprises, ainsi que les artisans qui seront les plus touchés, les cotisations sociales deviennent de plus en plus lourdes.

De nombreux grands groupes industriels ont introduit facultativement un congé de paternité parce que leurs bénéfices par milliards le leur permettent, alors, c’est un avantage pour eux si l’Etat impose ces prestations de luxe à tous !

Les conséquences ne sont pas des moindres : baisses du revenu de tous les salariés (hausse des prélèvements sur les salaires), mais aussi augmentation des dépenses publiques, nouvelles charges financières et bureaucratiques pour les employeurs. Si la hausse est minime, ce n’est qu’un début, le PS et les Verts prévoient un congé pour motifs familiaux, un congé d’adoption, une nouvelle forme de bref congé pour soigner des membres de la famille. Un congé parental est également en discussion (de 14 à 38 semaines pour le PS et jusqu’à 52 semaines pour les Verts). Tout cela a un coût…

Rappelons que le financement des grandes institutions sociales, comme l’assurance-vieillesse et survivants (AVS), les prestations complémentaires (PC), l’assurance-invalidité (AI), mais aussi les caisses de pension, n’est pas garanti à long terme !

C’est pour ces raisons que nous vous conseillons vivement de voter NON à cette Loi sur les allocations pour perte de gain, LAPG.