modification de la loi Covid

Nous allons voter sur les extensions qui ont été incluses au mois de mars dans la loi Covid 19 et contre lesquelles un référendum a été lancé par les « Amis de la Constitutions ».

Il existe  à l’heure actuelle des lois suffisantes pour nous protéger du Covid-19 ou d’autres maladies infectieuses. Cependant, le Conseil fédéral et une majorité du Parlement veulent à nouveau durcir la loi Covid ! Les opposants axent leurs refus sur trois points :

  1. Les personnes non vaccinées sont journellement discriminées.
  2. L’introduction du certificat Covid induit implicitement une vaccination forcée.
  3. La population va être massivement surveillée électroniquement.

Le Conseil fédéral veut obtenir encore plus de pouvoir pour imposer d’autres mesures aberrantes.

On assiste à une vaste discrimination des personnes qui ne veulent ou ne peuvent pas se faire vacciner, ceci malgré la promesse du Conseil fédéral de laisser le libre choix vaccinal. D’autres réglementations, comme l’obligation de se faire dépister à ses frais pour les vols de retour de l’étranger, ne s’appliqueront qu’aux personnes non vaccinées. Toutefois, étant donné que les personnes vaccinées peuvent également être infectées et donc contagieuses, cette inégalité de traitement n’est pas justifiée. C’est une discrimination à l’encontre des personnes non-vaccinées, qui s’aggrave de jour en jour.

Un second point important est la mise en place d’ « un traçage électronique des contacts qui soit complet et efficace », un système dit « TTIQ » (Test, Tracing, Isolation, Quarantaine). Cela ne signifie rien d’autre qu’une surveillance électronique massive des citoyens, de leur vie, de leurs contacts sociaux, de leurs déplacements et de leurs voyages. Les données seront stockées dans des bases de données centrales. La situation vécue en Chine avec une surveillance totale des gens et un système de points sociaux n’a jamais semblé si proche !

Rappelons encore que la sécurité de ces données récoltées n’est aucunement garantie :  régulièrement nous apprenons le piratage de site, non seulement des communes ou entreprises, mais aussi dernièrement un site de la Confédération qui gère les prêts Covid…

Le risque est important pour les personnes non vaccinées de perdre leur travail à cause du pass Covid, ce qui est inadmissible !


Notre société libre et ouverte sur les autres est menacée par le certificat Covid. La vie et la liberté de mouvement de tous les citoyens seront contrôlées et limitées. Le certificat obligatoire impose de se faire vacciner, pour l’instant avec deux doses, mais avec l’expiration du pass au bout de 12 mois, ce sera bientôt 3 doses, puis 4, …

Les personnes non vaccinées ne pourront plus participer à la vie sociale sans être discriminées. Le certificat est utilisé pour contrôler l’accès dans de nombreux domaines de la vie en société : lors d’événements sociaux, sportifs et culturels tels que des concerts et des représentations théâtrales, des visites de proches à l’hôpital, des événements politiques, des restaurants et même au travail. Le certificat Covid constitue plus qu’une chicane, comme l’a prouvé l’interdiction discriminatoire à la fin août 2021 d’un festival de musique albanaise à Zurich, malgré le concept de protection mis en place. Dans le secteur de la restauration, le certificat Covid entraîne logiquement une nouvelle baisse massive du chiffre d’affaires et aura pour conséquence la perte de milliers d’emplois, et ceci à une période où il n’est plus vraiment possible de manger ou boire dehors, pour les personnes sans certificat covid. Plus de 50’000 emplois ont déjà été perdus dans ce secteur depuis 2020 ! De nombreux établissements ont déjà été sacrifiés et ceux qui restent s’en remettront difficilement. Les patrons doivent jouer aux policiers en harcelant leurs clients de contrôles et de discriminations légalement ordonnés, ceux qui refusent, comme à Zermatt, sont arrêtés et leurs restaurants fermés.

Nous sommes favorables à un certificat Covid volontaire pour faciliter les voyages à l’étranger et, même en cas de vote négatif le 28 novembre, nous considérons que la Confédération et les cantons devraient pouvoir proposer un tel certificat. Rappelons que les voyages restent possibles sans certificat. Plusieurs États américains, par exemple, ont même interdit le certificat Covid.

Le Conseil fédéral, avec cette modification, sera habilité à fixer les critères et les repères pour les restrictions de la vie économique et sociale. Cela lui permettra de contrôler l’ensemble de la vie des gens. Cette extension du pouvoir du Conseil fédéral équivaut à autant de perte de pouvoir du Parlement et des citoyennes et citoyens. C’est un pas vers la dictature. Au contraire, il faudrait limiter les pouvoirs du Conseil fédéral et rendre le contrôle au Parlement.

Enfin et comme cela aurait toujours dû rester, chacun doit pouvoir décider librement de ses propres traitements médicaux, accepter ou refuser de se fairevacciner sans être empêché de pouvoir accéder à certains lieux. Les vaccins, qu’ils se nomment Moderna, BioNtech ou Johnson & Johnson sont encore en phase de test et leurs effets secondaires sont minimisés, car le but du Conseil fédéral est de faire vacciner le maximum de personnes quoi qu’il en coûte (autant en termes humain que financier). N’oublions pas que beaucoup de personnes ne peuvent pas, pour des raisons de santé, se faire vacciner.

Le taux d’immunité de la population est bien supérieur à celui calculé par l’OFSP, car la majorité des personnes qui a contracté le coronavirus a gardé des anticorps, parfois plus d’une année après. Rappelons finalement que le vaccin ne protège aucunement du Covid et que ses effets secondaires à plus long terme ne sont pas encore connus.

A l’approche des votations, le Conseil fédéral modifie sa ligne de conduite afin de gagner la confiance du peuple suisse. Ne nous laissons pas tromper par ce comportement purement politique. Bientôt on nous annoncera sans doute un nouveau variant plus contagieux afin de pouvoir restreindre nos mouvements et nous obliger à accepter l’inacceptable. Israël a pratiqué 4 confinements et incite fortement à une 3ème dose de vaccin afin d’essayer d’enrayer la propagation du coronavirus. Imputer la faute à la minorité non vaccinée et au nouveau variant est une aubaine pour les producteurs de vaccins. Vous connaissez l’adage « diviser pour mieux régner ».

Ne vous laissez par berner par les discours alarmistes des politiciens et des médias et votez NON à cette modification de la loi COVID-19

Zorette

pour plus d’informations : https://loicovid-non.ch

Réinfosanté Suisse